Les futurs défis de vivre dans une (smart) city.

À l’heure actuelle, le monde est en constante urbanisation. Aujourd’hui, 54 % de la population mondiale habite en ville et les chercheurs estiment que cette proportion atteindra 66 % d’ici 2050. Les villes doivent faire face à un afflux massif de personnes et repenser leur réseau de transports en commun, leur système de traitement des eaux et des déchets, leurs méthodes environnementales, leurs espaces communs, leurs logements... Elles doivent aussi penser à la façon de gérer cette évolution. Celle-ci conduit les villes intelligentes à relever certains défis, tels que leur qualité de vie, leur caractère durable (efficacité des ressources et énergétique, protection de l’environnement et réduction de la pollution) et leur approche du travail (climat de travail, égalité des revenus et productivité économique). Le tableau ci-dessous présente un aperçu des nombreux domaines auxquels les villes doivent s’atteler pour offrir un cadre de vie plus agréable.

Tableau : « Les villes de demain - la Commission européenne »

Government

Économie

Mobilité

Environnement

Société

Qualité de vie

Gouvernance flexible

Chômage

Mobilité durable

Économies d’énergie

Chômage

Logements abordables

Villes en décroissance

Villes en décroissance

Mobilité inclusive

Villes en décroissance

Cohésion sociale

Cohésion sociale

Cohésion territoriale

Déclin économique

Système de transport multimodal

Approche globale des questions environnementales et énergétiques

Pauvreté

Problèmes de santé

Association d’une gouvernance formelle et informelle

Cohésion territoriale

Écosystèmes urbains sous pression

Écosystèmes urbains sous pression

Population vieillissante

Gestion des crises

Économie à un seul secteur

Embouteillages

Effets du réchauffement climatique

Diversité sociale comme source d’innovation

Expansion urbaine

Économies locales durables

Mobilité sans voitures

Expansion urbaine

Cybersécurité

Sûreté et sécurité

Diversité sociale comme source d’innovation

Manque d’infrastructures de TIC

Cybersécurité

Manque d’infrastructures de TIC

Afin d’évoluer efficacement et durablement vers le statut de villes intelligentes, les zones urbaines devront relever un certain nombre de défis. Regardons-les plus en détail !

Société

Partout dans le monde, des milliers de personnes vont s’installer chaque jour dans des zones urbaines. Afin de faire face à cette immigration, les villes doivent chercher des façons de transformer leurs paysages, de plus en plus congestionnés, en des environnements plus intelligents, sains et sûrs afin de mieux répondre aux attentes des habitants. Pour être réussie, la mue d’une ville intelligente doit s’attacher à créer un partenariat entre les secteurs public et privé tout en impliquant les citoyens. Après tout, ce sont eux qui vivront dans cette ville. Il incombe aux gouvernements de faire participer les citoyens dès qu’un projet est mis sur pied, et ce quel qu’en soit l’objectif. Il est indéniable que l’augmentation de la population de notre ville mérite toute notre attention. Plus d’habitants, cela signifie plus de besoins en espaces de vie, de stationnement, de loisirs, de détente... Quoi qu’il en soit, nous devons trouver un moyen de pérenniser ces espaces.

Réchauffement climatique et pollution

Nous ne devons pas négliger les conséquences du réchauffement climatique. Les villes doivent proposer des réponses adéquates, à savoir un processus nécessitant la collaboration des entreprises, des organisations, des citoyens, du conseil municipal et du gouvernement. Des déplacements et des transports intelligents, le passage à des alternatives rejetant peu d’émissions, une meilleure optimisation des parcours, l’installation de jardins le long des autoroutes pour lutter contre la pollution, l’amélioration de l’efficacité en carburants... Nous devons lancer des initiatives vertes pour enrayer le réchauffement climatique.

Mobilité

Enfin, un des défis les plus importants consistera à résoudre la crise des transports à laquelle chaque ville est confrontée. Toutefois, on peut entrevoir de la lumière au bout du tunnel grâce... aux données. Les données ne pourront pas diminuer le nombre de voitures sur les routes, mais elles pourraient prédire quand des embouteillages vont se former. Intéressons-nous à Waze, par exemple : cette application de Google demande aux citoyens de l’aider à établir une carte des conditions de circulation en temps réel. Les conseils municipaux gagneraient peut-être à établir des partenariats avec des applications telles que Waze. Mais que se passera-t-il ensuite ? Y aura-t-il de plus en plus de capteurs sur chaque bâtiment ? Quoi qu’il en soit, les villes accordent bien plus d’importance qu’avant aux modèles et services de mobilité alternatifs. Il est absolument impératif de numériser les systèmes de transport en commun et de permettre aux citoyens d’utiliser des applications mobiles pour réserver et payer un voyage en transports en commun.

Les véhicules connectés constituent une autre innovation fort utile pour s’attaquer au problème de la mobilité. Une étude belge a montré qu’il était très probable que l’augmentation du nombre de véhicules connectés garantisse plus de sécurité, résolve le problème des embouteillages et évite les accidents. En poussant plus d’entreprises à produire ces véhicules connectés et en utilisant des données issues de différentes sources, nous recueillerons de plus en plus d’informations sur le comportement des conducteurs et la qualité de leur conduite. Cela nous permettra d’apporter des modifications efficaces aux politiques d’ordre général.

De plus, les transports électriques représentent l’avenir donc nous devons faire en sorte d’adapter nos villes à cette électrification. Nous devons aller au-delà des voitures et ne pas oublier que la mobilité électrique concerne aussi les transports en commun, les transports logistiques, les taxis et le covoiturage. Les gens sont incités à acheter ou utiliser les transports électriques par le biais de subventions, d’allègements fiscaux, de mesures municipales, d’avantages financiers... Afin que ces villes (intelligentes) fonctionnent bien après cette électrification, il est nécessaire que nous les rendions moins complexes en faisant coopérer les services publics. Une autorisation uniforme, une réduction du temps de charge, des processus informatiques rentables et une itinérance (inter)nationale doivent être garantis pour que l’utilisation des véhicules électriques soit un succès. Par exemple, installer des chargeurs pour véhicules électriques chez soi, au travail, sur les parkings des supermarchés et des principaux lieux publics peut déjà faire toute la différence. Si les transports électriques sont utilisés de manière intelligente, ils peuvent non seulement promouvoir la mobilité individuelle, les transports en commun et les transports d’urgence, mais aussi être très bénéfiques pour les services innovants et, bien sûr, l’environnement. Il n’y a que des avantages !

Autres challenges

Si les défis auxquels les villes sont confrontées aujourd’hui sont importants, les problèmes futurs doivent également être pris en compte de façon intégrée. Les décisions d’urbanisme et de gestion urbaine qui sont prises aujourd’hui auront des effets à long terme. La modification des préférences des gens, les changements environnementaux et les questions de mobilité sont autant de sujets à traiter pour que les autorités et les instituts de recherche travaillent main dans la main afin de proposer des solutions convenables à ces problèmes. En ce qui concerne la mobilité, de nombreuses solutions sont déjà sur les rails, mais d’autres recherches devront être menées et d’autres ajustements effectués. Le défi sera-t-il relevé ?

banner_320X100-NL.jpg