Exemples de véhicules électriques en ville aujourd’hui.

Le développement des véhicules électriques est un sujet brûlant ces derniers temps, et ce à juste titre. Les pays essaient de mettre en œuvre ce « nouveau » mode de transport afin d’exploiter pleinement les nombreux avantages de cette innovation tout en luttant contre les effets néfastes du réchauffement climatique. Plusieurs villes ont déjà commencé à mener des recherches de grande ampleur et ont découvert certains principes dominants et méthodes s’appliquant aux véhicules électriques et aux moyens de transport durables. Regardons trois d’entre elles plus en détail !

  1. Belgique (Bruxelles)

La Belgique n'a peut-être pas été pionnière en matière de véhicules électriques, mais le pays a développé des théories très intéressantes portant sur le développement des transports électriques. La première que nous allons étudier est appelée «principe STOP» en néerlandais. Selon cette théorie, les gens doivent garder à l’esprit un certain ordre de moyens de locomotion lorsqu’ils prévoient de voyager : il y a d’abord la marche à pied, puis le vélo, suivi des transports en commun et, enfin, les voitures privées. Les trois premières options sont, de loin, les meilleures. Cependant, si les gens optent tout de même pour la voiture privée, ils doivent penser au principe de la « conduite intelligente » : conduite écologique, entretien irréprochable, utilisation intelligente et... choix d’un véhicule moins polluant, bien sûr ! Jusque-là, aucun problème.

Tout ceci semble aller de soi, mais comment évaluer le taux de pollution d’un véhicule donné ? En Belgique, les voitures obtiennent une note environnementale calculée sur la base de la méthode du « puits à la roue ». Chaque véhicule est évalué en fonction de la source d’énergie dont il a besoin : pour l’extraction, la production, la distribution, le plein de carburant et l’utilisation du véhicule. Plus cette source est chère et polluante, plus la note obtenue par le véhicule sera faible. Évaluer les véhicules permet au gouvernement d’avoir une meilleure vision des gros pollueurs et de leurs conséquences sur les objectifs climatiques, ce qui peut s’avérer très utile pour préparer un avenir où la pollution devra être sans cesse en recul.

Étant donnés les nombreux avantages offerts par les véhicules électriques, la Belgique, et Bruxelles en particulier, tient beaucoup à développer les véhicules électriques dans les services du gouvernement. Les voitures électriques utilisées par les fonctionnaires ont des utilisations bien spécifiques et des postes de chargement fixes, sont faciles à manipuler, améliorent la note environnementale du service et améliorent la qualité de l’air et la qualité de vie de la ville. Bref, elles n’ont que des avantages ! De plus, les services publics et les autorités doivent satisfaire à différents critères lorsqu’elles achètent ou louent de nouveaux véhicules, le tout au bénéfice de l’environnement. Tous les trois ans, chaque service dresse un inventaire du stock de voitures qu’il possède et se pose les questions suivantes : « pouvons-nous remplacer certaines voitures par des véhicules électriques ou des vélos ? » et « quel est notre objectif pour les trois prochaines années ? ». C’est là un bel effort consenti pour développer les transports électriques au sein des services publics !

  1. Royaume-Uni (Londres)

Le deuxième exemple que nous souhaitons présenter est celui de UK Power Networks. Ces réseaux distribuent de l’électricité via des câbles à haute tension pour qu’elle puisse être utilisée par les ménages et les entreprises de Londres, du sud-est et de l’est de l’Angleterre. Les ventes de véhicules électriques connaissant une forte poussée, les réseaux électriques doivent être en mesure de fournir à ces véhicules l’énergie dont ils ont besoin. Comment y parviennent-ils ?

Tout d’abord, l’objectif de UK Power Networks est de fournir des conseils avisés aux particuliers, aux entreprises, aux communautés locales et au secteur public pour les aider à jeter les bases d’un avenir décarboné. C’est pour cela qu’ils réagissent à l’«invasion » de véhicules électriques en participant à FREVUE (FReight Electric Vehicles in Urban Europe), qui est un projet pilote d’évaluation et de diffusion. Huit des plus grandes villes d’Europe y participent et proposent des solutions innovantes pour utiliser les véhicules électriques en ville selon le principe de la distribution sur le « dernier kilomètre ».  En outre, elles présentent des solutions pour contourner les barrières freinant actuellement le développement des véhicules électriques dans le secteur. Londres est une des villes les plus à la pointe dans ce domaine.

Au Royaume-Uni, une chose est sûre : les véhicules électriques sont une des pierres angulaires de la transition vers un monde décarboné et ils font l’objet de nombreuses recherches dans le pays. Il est prévu que la part de marché des véhicules électriques privés continue d’augmenter et les gestionnaires de réseaux de distribution doivent suivre cette évolution attentivement. Il est essentiel que les UK Power Networks et les acheteurs de véhicules électriques collaborent pour que les premiers puissent assister les seconds et mieux comprendre leurs exigences. Mieux connaître ce nouveau marché et coopérer avec ses acteurs, voilà deux priorités de la politique du Royaume-Uni relative aux véhicules électriques !

  1. Allemagne (Wolfsburg)

Wolfsburg AG : un partenariat public-privé conclu entre la ville de Wolfsburg et Volkswagen AG et qui étudie le secteur mobile et la circulation. Bien entendu, dans ce contexte, la mobilité intelligente et la région intelligente figurent également à l’ordre du jour. Voilà une collaboration des plus intéressantes !

Wolfsburg AG examine différentes options, dont l’une est Urban Mobility Assistance. De nos jours, nous sommes tous habitués aux systèmes de transport autonomes : transport privé, zones de stationnement, transports en commun, systèmes de contrôle du trafic et d’information et structures routières. Mais qu’en serait-il si nous pouvions réformer ces systèmes pour les rendre intelligents et connectés ? Le covoiturage, les places de stationnement et la planification de notre itinéraire pourraient être intégrés dans une application intelligente : Urban Mobility Assistance.

Tout en contribuant à l’émergence de régions intelligentes, Wolfsburg AG améliore durablement l’accès aux véhicules électriques. Utiliser le réseau WiFi de Wolfsburg permet d’avoir un débit plus élevé à moindre coût ainsi qu’une localisation plus précise que celle du réseau de téléphonie mobile.

L’avenir sera placé sous le signe des véhicules électriques ?

Évoquer les futurs concepts de mobilité revient à parler de mobilité électrique et de données. La mobilité électrique impose de nouvelles exigences aux infrastructures urbaines et les trois exemples fournis ci-dessus ne sont que la partie émergée de l’iceberg. Un très grand nombre d’initiatives sont en train de voir le jour et bien d’autres leur emboîteront le pas. Il ne fait aucun doute que l’avenir sera placé sous le signe des véhicules

banner_320X100-NL.jpg